La méthode Padovan : la réorganisation neurofonctionnelle

La réorganisation neurofonctionnelle (RNF), ou méthode Padovan®, prend en compte le développement humain de manière globale et insiste sur l’interdépendance de trois étapes fondamentales : marcher-parler-penser. Chacune de ces étapes est nécessaire au développement harmonieux de l’individu. Ainsi, un retard ou un trouble (langagier, moteur, articulatoire, d’apprentissage, etc.) traduit une organisation dysfonctionnelle et compensatoire du système nerveux qui empêche l’individu de développer de manière optimale ses habiletés motrices, sensorielles, cognitives et sociales.


Historique de la méthode

Cette méthode a été créée par Beatriz Padovan, pédagogue et orthophoniste au Brésil, dans les années 1970. Mme Padovan s’est intéressée au lien entre les difficultés scolaires et d’autres troubles, comme l’expression corporelle ou la coordination motrice.

Cette méthode se base principalement sur la théorie de l’interrelation entre marche, parole et pensée du philosophe Rudolf Steiner ainsi que sur les travaux du neuro-chirurgien Temple Fay, qui a démontré que l’organisation neurologique du développement était la même pour tous les enfants.

D’illustres auteurs, comme Jean Piaget, et de nombreux chercheurs actuels, tels que J.M. Iverson (2010), D. Grissmer et coll. (2010), A. Diamond (2000), K.E. Adolph (2005, 2008), A. J. Fawcett et R. Nicolson (1999), M. A. Eckert (2003, 2004), font consensus et confirment que le développement des fonctions supérieures du système nerveux est dépendant des fonctions motrices.
Aujourd’hui, cette méthode est partagée par des praticiens du monde entier; chaque année, des étudiants de niveau universitaire réalisent des mémoires de recherche sur cette méthode afin qu’elle soit toujours actualisée.


Théorie

Le cerveau et le système nerveux ont une place centrale chez l’humain et se développent selon un processus naturel, dynamique et complexe qui conduit à la maturation neurologique. Ce développement neurologique permet à l’individu d’utiliser pleinement ses capacités motrices, cognitives, sensorielles, sociales, comportementales, etc.
Mais cette maturation peut être altérée par différents facteurs et entraîner des compensations ou des déséquilibres qui risquent d’entraver les premières acquisitions et les apprentissages fondamentaux. Ces grands apprentissages désignent les trois mouvements neuro-évolutifs suivants : marcher, parler, penser.

Cependant, tout dysfonctionnement ne constitue pas une fatalité. En effet, grâce à la réorganisation neurofonctionnelle, il est possible de contribuer à une organisation plus fonctionnelle du système nerveux pour favoriser le développement des capacités naturelles de l’être humain. Il s’agit alors, pour le thérapeute, de défaire ce qui a été naturellement mis en place par l’individu et de permettre au cerveau d’installer les schémas propices à un développement harmonieux.

Cette réorganisation est possible grâce au phénomène de plasticité cérébrale qui intervient tout au long de la vie et qui est responsable de l’organisation motrice et sensorielle du cerveau ainsi que de l’apprentissage et de la mémorisation chez l’enfant et l’adulte. Son efficacité est optimale pendant la période du développement, mais elle est toujours présente à l’âge l’adulte.


Les grands mouvements neuro-évolutifs de l’être humain

La RNF se base sur trois activités humaines interdépendantes : marcher-parler-penser. Chronologiquement, le développement se fait dans ce sens. Si la première étape, marcher, n’est pas correctement mise en place, il est probable que les suivantes soient déséquilibrées ou dysfonctionnelles. En effet, ces trois grands mouvements neuro-évolutifs sont liés : les bases motrices et sensorielles de la marche créent les fondements neurologiques de la parole, puis de la pensée.

Le cheminement s’explique comme suit :

  • Marcher, ce n’est pas seulement se déplacer. Le développement de la marche nous permet aussi de situer notre corps dans l’espace, de trouver notre équilibre, de vaincre la gravité terrestre, de mobiliser les différents segments du corps (jambes, bras, tête) de manière coordonnée ou séparée pour sauter, écrire, manipuler, danser, etc. Cependant, pour pouvoir faire de telles activités, l’enfant devra passer par différents stades essentiels : rouler sur lui-même, ramper, marcher à quatre pattes, etc.
  • Parler, ou passer d’une motricité globale à une motricité fine. C’est le résultat du développement moteur global de l’enfant et de sa capacité à s’orienter dans l’espace, mais dans un espace plus restreint : celui de la zone faciale mobilisant les différents « étages » nécessaires à la parole (diaphragme, larynx, mandibule, langue, joues et lèvres, cavités de résonance, points d’articulation, etc.). Là encore, différentes étapes précèdent la parole : le cri, les premiers pleurs, le babillage, l’expression non structurée, puis le langage structuré.
  • Penser, c’est aussi imaginer, créer, symboliser, raisonner, abstraire. La pensée se développe à partir du langage, puis les deux phénomènes s’alimentent l’un l’autre : la parole traduit la pensée, mais la pensée est construite par le langage. L’enfant doit passer par différentes phases pour structurer sa pensée, et il est essentiel de veiller à ce qu’elles soient mises en place : imaginer-créer-observer-déduire-juger.

Ces trois activités représentent les bases du développement normal de l’individu. La méthode Padovan® reprend chacune de ces étapes en veillant à ce que leurs liens soient pris en compte et respectés pour atteindre l’harmonie recherchée. Il s’agit d’une méthode naturelle et physiologique qui respecte la séquence logique du développement humain et dont les bénéfices sont aujourd’hui reconnus.


Point de vue pratique

Une série de mouvements moteurs globaux et fins associés à une série de mouvements bucco-faciaux et oculaires sont répétés à chaque séance selon la logique du développement normal d’un individu. La répétition de ces stimulations est nécessaire à la bonne formation des liens entre chaque neurone afin de créer des réseaux fonctionnels. Ces mouvements sont passifs et exécutés par le thérapeute pour le patient. Une fréquence minimale de deux fois par semaine est recommandée pour permettre au cerveau d’enregistrer les nouveaux mouvements et de déprogrammer les compensations antérieures.

Chaque exercice est accompagné d’un poème, d’une chanson ou d’une comptine récité par le thérapeute. Le poème a pour but de matérialiser le rythme qui constitue le corps humain (rythme cardiaque, respiratoire, palpébral, etc.) et vise à imprégner l’individu et son système nerveux. De plus, la stimulation auditive et langagière permet d’intégrer des structures syntaxiques et lexicales, mais également de permettre au patient de penser à autre chose et de se détendre pendant l’exécution des mouvements.

La durée de la prise en charge varie d’un patient à l’autre et d’une problématique à une autre. La durée minimale du traitement est de trois mois à raison de deux séances de thérapie par semaine.

Enfin, il est important de préciser que le corps réagira aux interventions de manière différente d’un individu à un autre. Les changements observés ne seront pas nécessairement directement liés au motif de consultation initial, mais d’autres sphères du développement pourront évoluer avant d’atteindre le seuil attendu.

Selon la nature des troubles, les résultats et les effets d’une intervention de réorganisation neurofonctionnelle sont différents : dans le cas d’un trouble du spectre de l’autisme, par exemple, nous pouvons voir émerger différents précurseurs du langage et de la communication (soutien du regard, babillage, imitation, régulation sensorielle, etc.), dans le cas d’un trouble du langage ou d’apprentissage, nous pouvons voir s’installer de meilleures habiletés attentionnelles, une amélioration du décodage en lecture, de la compréhension, une amélioration des habiletés morphosyntaxiques et lexicales, etc.

Il est important de comprendre que les effets observés d’une telle intervention dépendent de plusieurs facteurs. De manière simplifiée, ces facteurs seraient principalement le niveau initial d’organisation motrice et sensorielle de l’individu ainsi que la nature du trouble qui entrave le développement des fonctions motrices, sensorielles et cognitives.

 

Devrais-je consulter ?

La méthode Padovan® s’adresse à un éventail de personnes de tous âges (du bébé de six mois à la personne âgée), puisqu’elle permet une réorganisation neurofonctionnelle en travaillant sur les différents niveaux de traitements neurologiques indispensables au développement et à la pérennité des capacités humaines (marcher-parler-penser). Elle peut être proposée à l’enfant et à l’adulte qui consultent en orthophonie ou en ergothérapie pour différentes raisons.
Pour en savoir plus, communiquez avec nous ou renseignez-vous auprès de votre intervenant.

Nous écrire – Téléphone : 514 224-8822

Méthode Padovan