Blogue

L’ATTENTION : MIEUX LA COMPRENDRE POUR L’AMÉLIORER

 

Commençons par une expérience.

Nous vous invitons à regarder cette publicité britannique pour introduire la question de l’attention.

 

SURPRENANT, NON ?

Comme vous avez pu le constater en regardant cette vidéo, notre attention peut nous jouer des tours tout comme nos yeux avec les illusions d’optique.

 

Qu’est-ce que l’attention ?

Une fonction cognitive…

L’attention fait partie des fonctions cognitives comme le langage, la mémoire, la motricité, etc.

Crédit photo : forum-conduite.com

…indispensable à l’apprentissage

Nous avons continuellement besoin de l’attention: elle est indispensable à tout ce que nous entreprenons.

L’attention est nécessaire pour apprendre : sans attention, tout apprentissage est compromis ! En effet, tous les apprentissages doivent passer par la case « attention » dans notre cerveau.

Par exemple : rappelez-vous de vos premiers cours de conduite où toutes vos ressources attentionnelles étaient activées pour apprendre à conduire. Êtes-vous aussi fatigué après une heure de conduite aujourd’hui? En effet, après plusieurs années de pratique, nous mobilisons beaucoup moins nos ressources attentionnelles. Pensez à certains trajets familiers que nous effectuons de manière presque automatique !

 

Une attention ou des attentions ?

Il est important de savoir qu’il n’existe pas UNE attention, mais PLUSIEURS types d’attention. Ainsi, un type d’attention va être davantage mobilisé pour répondre aux exigences attentionnelles d’une tâche donnée.

 

Vitesse de traitement de l’information :

  • C’est la vitesse et la précision avec laquelle on traite l’information.
  • Autrement dit, c’est le temps qu’on met pour réaliser une tâche, pour prendre des décisions et les mettre en œuvre.
  • C’est, par exemple, la rapidité avec laquelle vous pouvez lire le mot « attention » et activer un certain nombre d’informations en lien avec ce concept.

 

Source: happyneuron

Attention soutenue :

  • C’est la capacité à maintenir son attention sur une longue période de temps, comme écouter son enseignant pendant une période de cours complète.
  • ATTENTION : regarder un film implique, certes, d’être attentif, mais n’engage pas une attention soutenue. Dans le film le Hobbit, par exemple, il y a 48 images par seconde ! Pourtant, à aucun moment on n’a le temps de s’ennuyer ni de décrocher, que l’on ait ou non un trouble déficitaire de l’attention (TDA) ! En effet, les films sont faits pour que le spectateur maintienne son attention mais sans générer un effort cognitif important.

 

Attention sélective :

  • C’est la capacité à trier et à sélectionner les informations importantes, sans se laisser distraire par les informations inutiles.
  • Ainsi, dans la publicité britannique présentée en introduction, c’est notre attention sélective qui est sollicitée. En effet, nous focalisons notre attention sur les paroles de l’enquêteur et sur la scène de crime filmée mais non sur le décor.

    Source: RTBF.be

  • Cet exemple illustre bien l’attention sélective qui nous conduit, inconsciemment, à extraire les informations jugées pertinentes et à filtrer les autres.
  • L’exemple le plus connu est celui de l’Effet Cocktail Party . Vous êtes dans une soirée. Il y a beaucoup de bruit. Vous discutez avec un groupe de personnes. Et à un moment donné, une personne dans le groupe d’à côté dit votre nom. Votre attention sera directement désengagée de la conversation en cours pour s’orienter vers la discussion d’à côté.

 

Attention divisée :

  • C’est la capacité d’effectuer deux tâches distinctes à la fois et donc pouvoir porter attention à deux types d’informations différents en même temps.
  • C’est, par exemple, notre capacité à suivre une discussion dans une foule animée ou être capable d’écouter l’enseignant tout en regardant le manuel scolaire.

Source: Maman Carotte

  • Autrement dit, c’est notre capacité à partager nos ressources attentionnelles sur deux ou plusieurs tâches exécutées simultanément.
  • Les parents sont d’excellents exemples d’attention divisée! En effet, ils sont capables de faire à manger tout en aidant les enfants à faire leurs devoirs. Certains ont développé une expertise dans ce domaine !

 

Mémoire de travail :

  • C’est la capacité à maintenir temporairement son attention sur une information et la manipuler mentalement pour exécuter une tâche.
  • C’est la mémoire de travail qui est activée lorsque l’on doit faire un calcul mental ou retenir un numéro de téléphone le temps de l’inscrire.

 

Mécanismes d’inhibition :

  • C’est la capacité à inhiber la production de réponses automatiques ou impulsives.
  • Autrement dit, c’est ce qui nous empêche de dire ou de faire quelque chose de non pertinent avec l’activité en cours.
  • L’impulsivité est donc liée à un déficit d’inhibition.
  • L’exemple le plus simple (mais à consommer avec modération) est celui de l’effet de l’alcool. On dit souvent que l’alcool permet de se « désinhiber ». En effet, lorsqu’on est alcoolisé, on a tendance à être plus impulsif, à avoir des difficultés à gérer nos émotions, à dire ou faire des choses qu’on n’aurait pas fait en temps normal (et qu’on regrette parfois).

 

Flexibilité cognitive :

  • C’est la capacité à déplacer son attention d’un type de registre ou d’opération cognitive à un autre.
  • Autrement dit, c’est ce qui nous permet de passer rapidement d’une tâche à une autre. C’est donc la capacité à s’adapter aux changements.

 

 

Le contrôle attentionnel (incluant l’inhibition et la flexibilité mentale) est aussi appelé fonctions exécutives .

 

 

Astuces pour renforcer notre attention

 

crédit photo: Hye You / Daily Trojan

Contrôlez l’environnement

  • Tout d’abord, il faut diminuer les sources de distractions lorsqu’on doit se concentrer.
  • Par exemple, éviter la télévision pendant les devoirs ou la proximité de la fenêtre en classe.
  • Aussi, avant de donner une consigne, il faut mobiliser l’attention.
  • Par exemple: dire le nom de la personne, assurer un contact visuel ou lui toucher l’épaule pour attirer son attention, s’assurer de la proximité physique lors de la transmission des consignes.

 

Bougez et respirez

  • Il est également important de prendre des pauses fréquentes afin de bouger.
  • En effet, l’activité physique favorise nos ressources attentionnelles car elle entraîne l’augmentation du débit sanguin dans le cerveau et donc un apport d’oxygène important.
  • De plus en plus d’études montrent d’ailleurs l’importance du mouvement dans l’apprentissage. De même, notre expérience clinique nous conduit à partager ce point de vue: beaucoup d’enfants apprennent plus facilement lorsqu’ils bougent que lorsqu’ils sont assis.

 

Canalisez les tensions

  • L’utilisation d’un Tangle ou d’une balle anti-stress a une double efficacité : maintenir l’attention et se détendre.
  • En effet, la manipulation de ces objets vient canaliser les éventuelles tensions sensorielles et motrices.

 

Facilitez la gestion du temps

  • L’utilisation d’un timer est fortement recommandée.
  • En effet, il offre un repère visuel du temps restant pour terminer un travail, du temps restant avant la récréation etc.
  • Il faut aussi prendre le temps de faire une chose à la fois. Ainsi, écrire et écouter en même temps peut être très difficile pour certaines personnes.
  • Une stratégie consiste à privilégier l’écoute et à demander les notes de cours à l’enseignant.

 

Adoptez des méthodes de travail

  • Premièrement, il est judicieux de découper la tâche en petites étapes successives.
  • Se fixer plusieurs petits objectifs motive davantage car cela multiplie les réussites et renforce la confiance en soi.
  • Deuxièmement, il est important de relire plusieurs fois les consignes.
  • Vous limiterez ainsi les erreurs d’inattention et vous vous assurerez d’avoir bien compris la tâche demandée.
  • Troisièmement, l’utilisation des supports visuels favorise l’apprentissage. « Une image vaut mille mots » disait Confucius!
  • Enfin, structure, organisation et routine sont nécessaires pour éviter les oublis. Il est donc important de prévoir les changements.

 

Source: William Glasser

Participez et questionnez

  • L’INTERACTION est essentielle pour mobiliser l’attention.
  • Écouter ne suffit pas pour apprendre.
  • Participer et questionner permet un meilleur apprentissage.

 

 

 

 

CI-DESSOUS, UNE VIDÉO PROPOSE D’AUTRES OUTILS ET ASTUCES POUR MIEUX VIVRE LE TDA/H AU QUOTIDIEN

 

 

Se relaxer et s’amuser:

 

Crédit Photo : Living Mindfully

De nombreuses études ont démontré que la relaxation, la méditation et les techniques de pleine conscience nous permettent d’apprendre à gérer notre attention.

Il s’agit d’apprendre à écouter toutes les perceptions sensorielles externes (bruit, odeur, texture, etc.) et les sensations internes (avoir faim, avoir sommeil, etc.).

En apprenant à être dans « l’ici et le maintenant », on apprend à être attentif à ce qui nous entoure.

Source: Elise Snel

 

 

 

 

Dans le livre Calme et Attentif comme une grenouille, Eline Snel propose des stratégies de relaxation et de méditation pour les enfants.

 

 

Source: Renaud Bray

Jeux de mémoire

  • Memory
  • Tip top clap

Jeu de l’objet disparu

  • Montrer quelques objets à l’enfant (environ 10) pendant une minute. Il se retourne, on retire un objet. Il doit trouver lequel.

Jeu de la valise

  • « Dans ma valise, il y a une chaussure. » L’enfant reprend « Dans ma valise, il y a une chaussure et un chandail. ». Puis chacun ajoute un nouvel élément jusqu’à ce qu’il y en ait un qui ne s’en souvienne plus.

 

Source: Renaud Bray

Jeux d’observation

Source: Renaud Bray

  • Cherche et trouve
  • Où est Charlie ?
  • Le lynx
  • Coco Crazy
  • Sardines
  • 7 différences

 

Source: Renaud Bray

Source: Renaud Bray

Source: Renaud Bray

Jeux de rapidité

 

Source: Renaud Bray

  • Tutti Frutti
  • Dobble
  • Halli Galli
  • Jungle speed
  • Salade de cafards

 

 

Jeux pour limiter l’impulsivité (et donc renforcer la capacité d’inhibition)

 

Source: Renaud Bray

 

Source: M.B

  • Taboo
  • Ni oui ni non
  • Labyrinthes
  • Jeu de la statue
  • Jeu « Jean a dit »

 

 

 

Des inquiétudes concernant vos capacités attentionnelles ?

Si vous avez des questions ou vous souhaitez avoir plus d’informations sur une possible évaluation de vos capacités attentionnelles en neuropsychologie, appelez-nous au 514-224-8822 ou écrivez-nous à l’adresse courriel contact@cliniqueevolution.ca. Vous pouvez également visiter notre site pour avoir des renseignements supplémentaires sur nos services. Des services en neuropsychologie sont disponibles à nos deux cliniques à LaSalle et Vaudreuil-Dorion.

 

Anaïs Lecorney, Clinique Évolution